Remerciements

Aucune réalisation d’envergure n’est une aventure individuelle, surtout en généalogie. Au cours de plus de 25 années de recherche à travers le monde (1998-2024), de nombreuses personnes m’ont aidé à progresser dans mes connaissances. Il m’est impossible de toutes les citer. En m’excusant auprès de celles que j’oublie bien malgré moi, je voudrais toutefois mentionner les personnes suivantes pour leur contribution inestimable:

 

Livio Missir : malheureusement décédé le 16 Octobre 2015 en Belgique, Livio Missir, juriste, diplomate, homme de culture était très probablement le meilleur spécialiste de l’histoire des familles latines de l’Empire Ottoman. Descendant d’une très ancienne famille arméno-persane, les Missir, qui avait une origine commune et des liens étroits avec les Mirzan, ma famille. Auteur prolifique, ses travaux et écrits m’ont énormément appris sur ces familles, leur parcours, leurs activités professionnelles, notamment drogmanales. Son « Arbre Généalogique de la Famille Missir » restera à mon avis un document de référence indispensable pour les familles arméno-persanes.

 

Guillaume Aral : juriste, passionné de généalogie arménienne, Guillaume m’a très rapidement orienté vers des sources et des experts qui ont été essentiels dans ma progression notamment Livio Missir, Antoine Issaverdens, Jacques Caporal, Antoine Gautier et Marie-Carmen Smyrnélis.

 

Ernest Balladur (+): j’ai eu la chance d’entretenir une relation épistolaire et téléphonique avec ce descendant d’une famille arméno-persane de Smyrne vers la fin de sa vie. Au-delà de la différence d’âge (j’avais alors une quarantaine d’années et lui la septantaine), nos origines communes et le fait de vivre tous deux aux Etats-Unis avaient créé une belle complicité entre nous. Nos conversations et son accent « levantin » qui me faisait penser à celui de mon grand-père Pierre Mirzan me manquent beaucoup.

 

Une source de progrès considérables dans mes recherches et ma connaissance de l’histoire et des généalogies de ces familles a été pour moi les échanges que j’ai eu au fil des ans avec un groupe de descendants de ces familles latines et levantines de Smyrne. Je ne peux tous les citer ici mais je tiens à leur rendre hommage en citant ceux qui m’ont communiqué le plus d’informations au fil des ans: Jacques Caporal et André Mirzan (malheureusement tous deux décédés récemment), Marie-Anne Marandet (dont je vous conseille de consulter la généalogie en priorité sur généanet : http://gw.geneanet.org/marmara2), Antoine Issaverdens, Guido Buldrini, Christiane Padovani, Marie Claude Roboly, Elisa Petitta, et Robert Encoyant.

 

Enfin, je ne peux terminer sans remercier deux personnes de grande qualité que j’ai eu le grand plaisir de rencontrer à Izmir (l’ancienne Smyrne) :

 

  • Padre Stefano, merveilleux prêtre italien d’Izmir qui a accompli un travail remarquable de collecte et conservation des archives et que j’ai eu grand plaisir à rencontrer à Izmir lors d’un de mes voyages de recherche

 

  • Jean-Yves Ozmirza, un ami et lointain cousin smyrniote, qui m’a été d’une aide inestimable, qui a partagé fraternellement avec moi les informations dont il dispose, et qui m’a fait visiter sans compter son temps la ville d’Izmir, les quartiers où étaient établies les familles levantines, les églises qu’elles fréquentaient, mais aussi les cimetières où elles reposent, bref les lieux qui gardent encore une mémoire (pour combien de temps?) de ces communautés de minoritaires de l’Empire ottoman et de cette belle « Echelle du Levant » qu’était Smyrne.