La famille MICRIDIS de Smyrne

J’ai découvert un certain nombre d’informations sur la famille Micridis de Smyrne lors de mes recherches sur les Mirzan en raison des nombreux liens qui existaient entre ces familles. Pour mémoire, et à titre d’exemple, la grand-mère de Pierre Mirzan (mon grand-père) était une Micridis de Smyrne (Virginie Micridis). Je présente dans cet article un résumé des informations dont je dispose.

Les Micridis comptaient parmi les anciennes familles de « Persans » de Smyrne, à l’instar des Balladur, Missir, Issaverdens, ou Mirzan. Les Persans étaient une communauté d’arméniens catholiques originaires du Nakhitchevan. Cette région -qui fait aujourd’hui partie de l’Azerbaïdjan- était à l’époque sous contrôle de la Perse. Lors d’un des nombreux affrontements entre les deux grands empires rivaux, l’ottoman et le perse, ces arméniens catholiques ont quitté le Nakhitchevan pour s’établir à Smyrne.

Le nom Micridis vient du nom arménien Mkrtiç signifiant Baptiste. Il a ensuite revêtu diverses orthographes en fonction des transcriptions dans des langues étrangères. J’ai à ce jour relevé les variations suivantes, mais il en existe sans doute d’autres: Micridich, Micriditz, Micreditch, Michirditch, Micherditch, Micherdich, Mecherdir, Meguerditch, Merkedits, Mikirdiz.

J’ai trouvé aux Etats-Unis des Mgrdichian dont on peut supposer qu’ils ont aussi la même racine.

Des membres de la famille Micridis de Smyrne se sont illustrés dans le négoce avec l’Italie. D’autres auraient contribué au développement de la viticulture en Algérie.

Outre leurs liens avec les Mirzan, Balladur et Missir, les Micridis de Smyrne étaient alliés aux Privilegio (de Syra ou de Tinos), aux Aliotti, Caraman, de Andria, Giustiniani (de l’ile de Chios), aux Mattheysz, ainsi qu’aux Gondran (de Montpellier).

S’agissant d’une famille arménienne catholique, les registres des églises catholiques de Smyrne devraient constituer une source importante d’information sur la famille Micridis. Les registres de la paroisse Saint-Polycarpe, paroisse à laquelle était rattachées beaucoup de familles persanes de Smyrne, ont été en grande partie détruits lors des événements de 1922. Guillaume Aral a pu consulter la fraction de ces registres (couvrant la période 1782-87) qui est toujours conservée à la Chambre de Commerce de Marseille, une ordonnance de mars 1781 ayant imposé le dépôt à Marseille des actes de l’état civil des français du Levant. Il nous a fait part des mentions concernant la famille Micridis contenues dans ces registres. Avant lui, Antoine Gautier avait retranscrit une partie de ces registres.

Ces registres de St Polycarpe font apparaître plusieurs mentions concernant la famille Micridis. On y relève, par exemple, que Giovanni de Meguerditch était l’un des témoins au mariage de Guillaume Jean Pagy, illustre famille marseillaise de Smyrne, en 1875. On y apprend aussi qu’en 1786, le même Giovanni était témoin au baptême d’Etienne de Merkedits, « premier enfant d’Emmanuel de Merkedits, marchand persan, barataire de France, et de dame Aneta de Mechitar« .

D’après Livio Missir, le nom Micridis figurait également sur la pierre tombale de Catherine de Andria (née Micridis) dans le vieux cimetière de Kemer, rasé en 1967 et transféré au cimetière de Karabaglar. J’ai moi-même visité le cimetière de Karabaglar et j’ai pu y découvrir deux tombes de membres de la famille Micridis.

La première est la tombe de Marie Micridis, née Mirzan « endormie dans la paix du Seigneur le 18 mars {___} (date illisible).

Cimetiere de Karabaglar, Izmir, Turkey. Photo X. Forneris Mirzan.
Cimetiere de Karabaglar, Izmir, Turkey. Photo X. Forneris Mirzan.

 

La seconde tombe Micridis que j’ai observée dans le même cimetière est celle de Elvire Micridis (1870-1935).

Cimetiere de Karabaglar. Photo X. Forneris Mirzan
Cimetiere de Karabaglar. Photo X. Forneris Mirzan

 

Il semble aussi qu’un Jean Mikirdiz (1761-1807) soit enseveli à Saint-Polycarpe à Smyrne.

 

Dans un registre plus joyeux, j’ai eu plaisir à trouver dans l’Annuaire Nalpas des professions commerciales de Smyrne un encart publicitaire relatif à la maison « Micridis & Cie », qui représentait 4 sociétés européennes, deux de Marseille, une de Londres, et une de Berlin.

Source: Annuaire Nalpas
Source: Annuaire Nalpas

J’ai également trouvé dans des archives américaines la demande de passeport des Etats-Unis d’un Polycarpe P. Micridis dont j’insère ici une copie bien qu’elle soit difficile à déchiffrer.

 

Polycarpe Micridis demande son passeport americain
Polycarpe Micridis demande son passeport americain

Dans ce document, que j’ai découvert lors de mes recherches et qui est  à ma connaissance inédit sur les sites de familles levantines ou de généalogies de Smyrne, Polycarpe Micridis déclare être né à Smyrne et être naturalisé américain.

 

Appel à contribution : je remercie par avance toute personne qui pourrait me communiquer des informations complémentaires sur la famille Micridis de Smyrne, ses activités professionnelles, et autres. Et je serais évidemment très heureux d’être en contact avec des descendants de la famille Micridis.

 

Xavier Forneris Mirzan, Janvier 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *