Familles Italiennes de Smyrne

Note de l’auteur: cet article fait suite à celui sur les familles italiennes de Chios. J’expliquais l’importance de s’intéresser a Chios et sa population italienne anciennement établie, notamment génoise, par le fait que nombreuses de ces familles italiennes de Chios sont ensuites passées à Smyrne ou Constantinople. Dans le présent article sur les familles italiennes de Smyrne on ne sera donc pas étonné de retrouver des familles que nous avions mentionnées dans l’article sur Chios. Idéalement ces deux articles seront lues ensemble. Comme toujours je vous remercie de m’aider à completer ou perfectionner chacun de mes articles, en corrigeant les erreurs qu’ils pourraient contenir.

—-

Parmi les familles italiennes de Smyrne je pense qu’il convient de distinguer deux catégories :

  • un premier groupe de familles qui sont venues à Smyrne relativement « récemment » (entre les 18ème et 19ème siècles) directement de cités italiennes telles que Gènes, Venise, Livourne ou Pise pour y faire le commerce ou exercer des fonctions consulaires ou ecclésiastiques;
  • un second groupe de familles qui se sont d’abord établies dans des îles grecques telles que Chios, Lesbos, Syra (Syros), Tine (Tinos), Santorin, ou Chypre et y ont vécu et prospéré pendant parfois des siècles avant de s’établir progressivement à Smyrne ou Constantinople.

En effet, la présence italienne en Egée orientale est fort ancienne; certains parlaient même de « colonies italiennes » dans le sens de communautés bien implantées et pratiquant le commerce, avec leur propre organisation.

Sans retracer la génèse de cette présence ni multiplier les exemples à l’infini, on peut toutefois rappeler la longue domination exercée par Venise sur les Cyclades. Marco Sanudo, neveu du Doge de Venise conquit l’archipel de Naxos en 1204 et obtint le titre de Duc de Naxos pour lui et ses descendants; l’île grecque de Syros devint majoritairement catholique et fut surnommé l’Ile du Pape; Santorin fut occupée par les Barozzi de Venise dès 1207.

Une domination similaire fut exercée par Gènes sur l’île de Chios (avec la dynastie des Giustiniani et leur ferme contrôle sur La Mahonne, la société commerciale formée pour administrer cette possession Génoise) mais aussi Lesbos et même un quartier de Smyrne.

Cette forte influence italienne dans les îles grecques et en Mer Egée contribue à expliquer la substantielle et relativement ancienne présence italienne à Smyrne. L’implication pour ceux d’entre vous qui feraient des recherches généalogiques sur leurs ascendants italiens à Smyrne est claire: vous pourriez rapidement avoir à orienter vos recherches vers Chios et, au-delà, vers les Cyclades ou Chypre.

Onze grandes familles Sardes

La Sardaigne était rattachée à la «Maison de Savoie». D’après Livio Missir, qui s’appuie sur une source bien précise (Stato dei Suddetti di S.M Sarda residenti in Smirne e sue adjancenze de 1842), il y avait à Smyrne à la moitié du 19ème siècle environ 11 familles sardes «firmanlis» (c’est à dire titulaires d’un firman de la Sublime Porte leur octroyant un statut privilégié au sein de l’Empire tel que, souvent, l’exemption d’impôts). Ces 11 familles étaient les suivantes:

 

  • Badetti
  • Castelli : selon Livio Missir, les Castelli de Chios descendent des Zaccharia Castello, seigneurs de Phocée depuis l’an 1000 environ. D’après Willy Sperco, c’est une famille génoise d’ancienne noblesse, venue à Chios en 1360.
  • Dracopoli
  • Datodi
  • Giudici
  • Giustiniani : dynastes de Chios; un membre de cette famille, Giovanni Longo Giustiniani, sera l’un des principaux défenseurs de Constantinople en 1453
  • Ghizio
  • Laticani (ou Latkani)
  • Mainetti
  • Velasti
  • Veggetti

 

Autres grandes et anciennes familles Italiennes de Smyrne

Comme pour les autres sections de ce site, les sources utilisées sont trop nombreuses pour être citées. Je tiens néanmoins à mentionner parmi les principales sources utilisées pour établir cette lite les ouvrages et articles de Livio Missir et ceux de Willy Sperco, complétés par mes recherches personnelles.

Aliotti (ou Alioti): nobles d’origine florentine. Selon Willy Sperco, ils descendent de procurateurs de la Commune de Marsala. Après un détour par Messina (1567-1678), ils seraient arrives à Chios en 1682 et à Smyrne en 1822. Le premier Aliotti de Smyrne serait Niccolo, fils de Filippo et de Lavinia Castelli. Un Albert Aliotti était DG et membre du Conseil d’Administration de The Oriental Carpet Manufactures Ltd., SA anglaise formée en 1907 par P. de Andria & Cie, Sidney La Fontaine et Sykes & Cie notamment pour exploiter toutes les opérations se rattachant à l’industrie du tapis d’Asie mineure. Elle avait son siege social à Londres, un siège central a Smyrne, et des agences de ventes à Londres, Paris, Constantinople, Le Caire et Alexandrie. d’Andria (ou de Andria): nobles venus de Sardaigne à Chios, puis de Chios à Smyrne et Constantinople. Alliés aux Giustiniani. Nelson de Andria était Président et Hermann de Andria membre du conseil d’Administration de la Oriental Carpet Manufactures Ltd. mentionnée ci-dessus (voir Aliotti).
Aperio: négociants de Tinos Aragni: du Tessin
Baltazzi (ou Baltaci): famille de Venise établie à Chios puis Smyrne. Un membre devint consul d’Italie à Smyrne. La mère de la Baronne Maria Vetsera de Vienne était une Baltaci. Un contributeur du site Levantine Heritage était un descendant de cette famille. Bargigli: noblesse florentine, négociants. Un Bargigli fut consul de Toscane à Smyrne
Braggiotti: d’après W. Sperco ce sont des nobles de Venise dont le parcours les a menés de Milan à Corfou puis Chios avant de s’établir à Smyrne et Istanbul vers 1800. L. Missir mentionne une origine d’Ancône. Eminente famille du Levant qui représentera entre autres les intérêts des Pays-Bas à Constantinople (comme Chargés d’Affaires). Brusick: famille d’origine génoise, liée aux Fidao (voir ci-dessous), Giraud, Keun, Datodi, Paterson et a bien d’autres anciennes familles du Levant. La famille Brusick était active dans l’import-export. Mon ami Philippe Brusick, spécialiste reconnu de la Politique de la Concurrence à la CNUCED (UNCTAD) à Genève, est un descendant de la famille et je lui dois la majeure partie des informations que j’ai sur cette  famille.
Carichiopulo: comtes de Venise Cocchini: austro-vénitiens
Collaro Comizzo
Corinthio :  probablement Vénitiens, établis à Tinos avant d’arriver à Smyrne. Cortazzi: d’après L. Missir il s’agit d’une vieille famille crétoise d’origine Byzantine et représentants de la République de Venise à Smyrne. Faut-il les considérer comme Grecs, Vénitiens, Smyrniotes? Ils sont tout cela et bien plus encore comme la plupart des familles mentionnées sur ce site…c’est cela le Levant
D’Isidoro Fidao : d’après l’arbre généaologique des Fidao, la famille est originaire de Grado–Monfalcone–Trieste dans le nord de l’Adriatique. Il y a avait des liens personnels entre les Fidao et la famille Mirzan, la famille dont je suis un descendant. Par exemple, André Fidao, né à Monfalcone et établi à Smyrne en 1830, avait épousé une Anna Mirzan, native de Smyrne. Et une de leurs filles, Joséphine, aurait également épousé un membre de la famille Mirzan, Antoine Mirzan. Il y aurait donc eu au moins deux alliances directes entre les deux familles.
Filippucci: originaires de Venise Galizzi: négociants de Chios, originaires de Gènes
Guidici: de Chios, probablement Génois d’origine Livornesi: d’origine toscane
Manusso: nobles originaires de Livourne Marraccini: de Lucca (ou Lucques), Toscane ; à Smyrne depuis le 18ème siècle
Martini: de Pise Pasquali: génois de Chios
Pasca: de Chios de Portu: famille sarde établie à Chios depuis le 14ème siècle.
Privilegio: de Tinos ou Naxos Reggio (ou Raggio): famille noble de Génes, d’abord établie à Chios vers 1360 puis à Smyrne au 19ème siècle
Russo: famille florentine Scagliarini: famille baronale originaire de Cologne, établie en Italie au 11ème s. et à Smyrne depuis le début du 19ème siècle
Sperco: je mentionne à plusieurs reprises sur mon site l’écrivain Willy Sperco auquel nous devons notamment un ouvrage sur les Familles Italiennes du Levant, source à laquelle j’ai puisé énormément d’informations sur ces familles. La famille semble originaire de Venise et aurait été apparentée à un Doge de Venise. Une branche est devenue autrichienne ; j’ai d’ailleurs connu une descendante de la branche autrichienne, Daniela Sperco, qui travaillait dans la même organisation que moi aux Etats-Unis. Summa: originaires de Trieste
Sumaripa: originaires de Naxos Terraneo: probablement milanais
Timoni: Génois, d’abord établie à Chios puis à Smyrne . La famille comptait un archevèque de Chios puis de Smyrne (Mgr. André P. Timoni) Vuccino : d’après M-C Smyrnélis il s’agit de Vénitiens se trouvant dans le Levant depuis le 16ème siècle. Selon Sperco ils faisaient partie des familles italiennes de Syros.
Zecchini: noble famille originaire de Venise et du Frioul, établie à Corfou au 19ème siècle, puis Constantinople et Smyrne. Négociants, les Zecchini sont alliés aux comtes de Toulouse. Marcel Zecchini a épousé Géneviève de Lautrec. J’ai connu en 5ème année de droit à Aix-en-Provence une Dominique Zecchini dont la famille était originaire de Smyrne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *