La Famille XENOPOULO de Smyrne

Je m’intéresse beaucoup à cette famille car j’ai découvert qu’un des deux témoins au mariage de mes arrières grands parents Smyrnéens – Oscar Mirzan et Bianca/Blanche Castelli –, à Smyrne en janvier 1903, était un certain Pierre Xenopoulo.

Sur le certificat de mariage délivré par la paroisse Sainte Marie d’Izmir en 1982, rédigé en latin, il apparait comme « Petrus Xenopulo ». Lors de recherches sur les familles de Smyrne, il ne faut pas se laisser déstabiliser par les variations importantes dans l’orthographe des noms de famille ou des prénoms;  tantot traduits du grec au français, tantot de l’italien au latin. Ainsi les mots et noms grecs lorsqu’ils sont traduits en langues « latines » ou écrits en caractères latins, peuvent aboutir à des variations multiples: Xenopulo, Xenopoulo, Xenopoulos, etc. De même Pierre devient Pietro ou Petrus…

Je dispose de relativement peu d’informations sur la famille Xenopoulo de Smyrne. Le choix de Pierre Xenopoulo comme témoin par Oscar et Blanche Mirzan indique de toute évidence que nos familles étaient liées. Mais à quel point et depuis combien de temps ? Mes recherches me laissent à penser que mon arrière grand père Oscar a travaillé avec ou pour la famille Xenopoulo. Les Xenopoulo étaient des commerçants grecs reconnus à Smyrne. Voici d’ailleurs un encart publicitaire relatif aux « Grands Magasins P. Xenopoulo ».

 

Notice Publicitaire dans l'Annuaire Nalpas.
Notice Publicitaire dans l’Annuaire Nalpas.

 

Cet encart nous révèle que cette maison avait été fondée en 1830 (ou 1850, chiffre difficilement lisible) et que le magasin principal était situé au 50-52 de la rue Franque, la « Croisette » ou « Promenade des Anglais » de Smyrne, en plein quartier européen ou franc comme son nom l’indique. Sa spécialité semblait être les tissus et soieries. On peut imaginer que les dames de la bonne société levantine de Smyrne y faisaient leurs achats de robes, dentelles, mouchoirs, et autres rubans.

 

L’annuaire de M. Nalpas, qui était l’annuaire commercial en vogue dans la Smyrne de l’époque, contient une référence à un Marc Xenopoulo, chapelier établi rue Franque.

Marc Xenopoulo

 

On peut supposer un lien avec les Grands Magasins, s’il ne s’agissait pas, tout simplement du même établissement. On y trouve aussi un John Xenopoulo, avec la mention « dépot de cuirs ». Et un Joseph Xenopoulo, agent de commerce (commissionaire):

 

joseph-xenopulo

 

D’après cet autre encart publicitaire, la même famille aurait été associée aux Denotovich dans une agence commerciale et de représentation dont je ne sais si elle était liée aux Grands Magasins précédemment évoqués.

 

Xenopoulo et Denotovich

 

J’ai également trouvé sur le site LevantinePlus.com un article sur les « immeubles levantins » de Smyrne, qui contenait une mention sur la famille Xenopoulo. D’après ce site, il s’agissait d’une famille de riches marchands, d’origine grecque catholique. L’article mentionne une maison à « Turan » (?) qui aurait été la résidence de cette famille avant d’être celle du « Muhtar » de la ville. L’article cite comme sources Tony et Catherine Filipucci. Un de mes amis et correspondants, Philippe Brusick, se souvient avoir joué dans les années 1950-53 chez un certain Agiah, dont les parents louaient la maison Xenopoulo à Bournabat (Bornova).

 

Et en 2013, je pense enfin avoir retrouver la trace du Pierre Xenopoulo qui était témoin au mariage de mes arrières grands-parents Oscar et Blanche Mirzan, grâce à l’impressionnant et colossal travail généalogique réalisé par Marie-Anne Marandet-Legoux. Son arbre (que l’on peut consulter sur Geneanet, http://gw/geneanet.org/marmara2) contient en effet une fiche sur un Pierre Xenopoulo. J’y ai appris qu’il était né à Smyrne en octobre 1870, ce qui faisait bien de lui un contemporain de mes arrières grands-parents Oscar et Blanche, et qu’il était décédé à Izmir en 1939. Il fait donc partie de ceux qui sont restés ou revenus à Smyrne (devenue Izmir) après la Catastrophe de 1922. Ses parents étaient Pierre Xenopoulo et Clotilde Arnaud, et il comptait parmi ses ascendants des Sigala, Sefer, Giudici, et Giustiniani.

 

J’ignore si ces Xenopoulo de Smyrne étaient apparentés aux Xenopoulos de Constantinople/Istanbul dont est issu le grand écrivain Gregorios Xenopoulos (Γρηγόριος Ξενόπουλος), auteur de nouvelles et de pièces de théâtre, et qu’ont tant admiré Livio Missir et son père (voir « Smyrne : la bibliothèque grecque de mon père », L. Missir de Lusignan, Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2000, Vol. 1, No. 2, pp 193-198).

 

Enfin, un correspondant me signale qu’il y aurait plusieurs Xenopoulos dans l’île de Tinos, dans le village de SKALADOS…

 

Appel à contribution :

Je remercie par avance toute personne qui pourrait me communiquer des informations complémentaires sur la famille Xenopoulo de Smyrne, leurs activités professionnelles, leurs liens avec la famille Mirzan, et en particulier des informations sur Pierre Xenopoulo, le témoin de mariage de mes arrières grands parents.

 

Je serais évidemment très heureux d’être en contact avec des descendants de la famille Xenopoulo de Smyrne.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *